Date de sortie : 1982

Éditions : HACHETTE (1982) DUPUIS (1988)

 

 

 

 

Tous les albums d'Hermann

Album précédent: La secte - Album suivant: Les eaux de colère

 

 

 

 

Jérémiah et Kurdy font une pause chez tante Martha mais leur tranquillité est troublée par le passage de réfugiés de plus en plus nombreux, par des coup de feu au loin , par des rumeurs de guerre… En effet la région est quadrillée par les patrouilles des blancs et des noirs qui s'affrontent dans des combats d'escarmouches pour se chasser mutuellement du pays. Et il y a aussi Mungalia qui chasse toutes sortes de gibiers humains à l'aide de ses guépards… Un soir, un homme de couleur se réfugie chez eux, il a les mains attachées avec des chaînes. Dans la nuit des hommes viennent le chercher, ce sont des " centurions " de Survival, groupe blanc et raciste ayant survécu au cataclysme et voulant imposer la suprématie de la race blanche. L'affaire tourne mal, Jérémiah se retrouve battu et pendu, le fugitif est emmené et la maison de tante Martha carbonisée. La petite troupe quitte les lieux pour trouver un nouveau toit. En cours de route ils sont capturés par un groupe noir qui les emmène dans leur ville fortifiée réservée aux afro-américains. Heureusement, une de leurs vielles connaissances Donald (Les yeux de fer rouge), les reconnaît. Cette ville est divisée en deux camps : d'une part ceux, majoritaires qui aimeraient vivre en paix avec les blancs et d'autre les minoritaires menés par Mungalia, intégristes de la cause afro-américaine, qui voudraient l'affrontement avec Survival et dominer la régionset créer leur propre pays : Afromerica. Après une entrevue avec le gouverneur de la ville, Jérémiah comprend que le prisonnier qu'ils avaient recueilli était un messager envoyé en pourparlers de paix auprès des blancs mais que Survival faisait tout pour faire capoter le projet. Jérémiah fidèle à lui-même se propose de faire une nouvelle tentative mais Mungalia et ses guépards veillent…

La ville afro-americaine

 

Une fois de plus, le scénario est très riche et n'est pas sans rappeler Les yeux de fer rouge sur un certain nombre de points. Le contexte de l'album est celui de la guerre interraciale. Cette fois-ci blancs et noirs sont opposés, chacun chez eux avec des patrouilles motorisées qui font régner l'ordre sur les frontières. On retrouve aussi un homme mystérieux qui patrouille à l'aide de ses créatures, chassant les humains et veillant à ce que le conflit entre les deux ethnies trouvent en permanence de quoi s'alimenter. La ville afro-américaine à l'urbanisme d'inspiration africain, mélange de murailles labyrinthiques et de tours en pisé est graphiquement superbe. A l'intérieur, extrémistes te modérés s'affrontent un peu comme dans La planète des Singes autour d'un vieux gouverneur bien fatigué. L'idée de ces enfants qui vont sauver le trop léger équilibre entre la paix est belle. A côté d'eux Mungalia est particulièrement effrayant avec ses airs de prédicateur radical au vocabulaire extrémiste et jusqu'auboutiste. Ses guépards au babines de sang en rajoutent dans la cruauté et dans la folie qui anime cet homme. A coté des extrémistes noirs, le groupe Survival est victime de se propre idéologie, Hermann nous signifiant qu'un groupe qui se replie sur lui-même est un groupe mort. On regrette tout de même qu'il ne parle pas davantage de ce groupuscule, sa fin donnant l'impression qu'il ne savait plus quoi en faire dans on scénario.

 

Mungalia
Mungalia et Donald
Rodéo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre aspect important de cet album est l'évolution des relations entre tante Martha (amoureuse d'après Kurdy de son Woody), Kurdy et Jérémiah. Tante Martha ne cache pas son inimitié pour Kurdy. Mais, chose curieuse Jérémiah semble commencer lui aussi à en avoir marre de Tante Martha et de ses récriminations permanentes. Car Jérémiah est devenu un homme mûr, marqué par les événements qu'il doit subir. On sent qu'à présent c'est lui le chef et dans cet album il reprends la vedette à Kurdy pour de bon. C'est lui qui subit les foudres des centurions, c'est lui qui sauve la mise à tout le monde. Tante Martha est un frein pour la petite troupe. Quand à Kurdy, on assiste à ses pitreries et à ses leçons de maniement du lance-pierre auprès des jeunes noirs. Et la meilleure scène de l'album, la plus importante ? Il s'agit sûrement de la dernière page où Jérémiah explique à tante Martha qu'il ne peut plus se passer de son ami Kurdy pendant que celui-ci fait un rodéo avec Esra.